Connectez-vous S'inscrire




Twelve Years A Slave : VISUELLEMENT MARQUANT , LE FILM DÉTONNE PAR SON RÉALISME

Notez
Rédigé le Lundi 6 Janvier 2014 à 12:18



BME a eu la chance d'assister à une projection en avant-première, sur les Champs-Elysée du film tant attendu, "12 years a Slave". En présence du réalisateur, Steve Mcqueen et deux des acteurs prestigieux de ce casting Lupita Nyongo et Cheiwtel Ejifor.
 
Le film qui sort en France mercredi 22 janvier a déjà remporté la bataille du coeur. Ce film est très impressionnant, poignant..et très réussi. Les critiques ont unanimement salué ce premier candidat sérieux aux prochains Oscars. 12 years a slave est le résultat d'une longue et minutieuse gestation dont voici quelques détails.
 
En septembre , le film "12 Years A Slave" recevait un standing ovation de près de 10 minutes, après qu'une moitié de la salle se soit éclipsée avant la fin de la projection. Cela avait été très commenté, preuve que ce film n'a pas laissé indifférent les festivaliers de Toronto, qui ont été parmi les premiers à le voir. Le film est reparti de Toronto avec le prestigieux prix du public. Une récompense qui à en croire certain, serait une voie royale pour les Oscars. 

AVANT-PREMIERE 12 YEARS A SLAVE : STEEVE MCQUEEN nous dit ce qu'il l'a poussé à faire ce film

Champs Elysée, Pathé UGC Normandie. 12 décembre 2013. Mars Distribution organisé l'avant-première du film 12 years Slave, en présence des acteurs.
Mc Queen qui était présent avec Lupita Nyong'o et Chiwetel Ejiofor lors de cette seconde avant-première qui a eu lieu sur les Champs-Élysée, a tenu à rappeler comme il le fait depuis le festival de Toronto, que cette histoire ne pouvait occulter la réalité de l'époque. Son souhait est que le spectateur comprenne ce qu'était réellement l'esclavage. D'une part une souffrance physique, mais également une grande violence mentale.

Visuellement marquant , le film détonne par son réalisme

Cette histoire est à la base très dure, fallait-il en faire un film bien lisse sans épargner le spectateur de ses scènes d'horreurs ? C'était une option envisageable que le réalisateur a souhaité exclure. C'est d'ailleurs une des reproches qu'il fait aux films sur l'esclave, qui omette la réalité de ce qu'était réellement l'esclave. Il ne voulait pas se contenter d'une simple évocation sans monter ce sadisme qui rend l'esclavage ignoble. Ce crime contre l'humanité restée impuni, ce film ne pouvait faire l'objet d'une lecture filmique bancale qui laisserait seul le spectateur imaginer, le degré d'horreur. 
 
Steve Mc Queen a choisi Chiwetel Ejiofor pour ce rôle qui demande une implication totale et profonde, pour redonner à ce personnage une humanité et une dignité qu'il a perdue au moment de sa capture par de soi-disant promoteurs de cirque. Chiwetel incarne un Salomon apeuré au regard livide, il comprend rapidement qu'il va falloir qu'il abandonne sa condition d'homme libre aussi bien moralement que physiquement, pour revêtir des habits d'esclave. Dès lors, sa personnalité s'est effacé derrière cet esclave qui lutte pour sa survie et ne perdra jamais espoir de revoir sa famille.
 
Cet esclavage finira par le transformer en monstre malgré lui. Mc Queen c'est servi d'une mise en scène qui privilégie l'esthétique cruelle et d'une dramaturgie intense liés à cette histoire qui ne laisse aucune place à une contestation de la véracité des faits.
 
Une histoire, qui coïncide avec des faits réels et des situations ayant réellement existé, nous fait entrer dans une compassion pour Salomon Northup. Cette vie aurait pu être la nôtre...
 
Cette identification entraine de la pitié pour Salomon, car son malheur n'apparaît pas comme mériter ou justifiable aux yeux du spectateur.

Chiwetel Ejiofor, Lupita Nyong’o et Michael Fassbender, trois acteurs qui incarnent des personnages aux origines et aux destins différents émergent littéralement de ce drame.

Comme prévu, les performances sont tout simplement sensationnelles. La plus notable est celle de Lupita Nyong'o , qui est une vraie révélation. C'est son premier grand rôle au cinéma, BME avait fait sa découverte dans la série Kenyane "Shuga" il y a un an. Cette diplômée de Yale à parfaitement su, traduire les angoisses de cette femme dont le traitement est trempé de douleur et de sexualité, que son personnage tâche de nous livrer avec une mélancolie existentielle spécifique.
 
Elle n'a pas d'échappatoire possible, fuir ? Pour qui ? Pourquoi? Alors, sa seule issue est de souffrir et d'attendre la mort. Comme pour Salomon, on éprouve également de la compassion pour elle, et réprouvons ce sadisme permanent du maître. Cette pitié dont nos regards et nos coeurs ne seraient s'en détournés, et contraste avec ce regard noir que nous jetons au maître. Ce déferlement de violence envers cette malheureuse Patsey nous met littéralement mal à l'aise et questionne la part d'humanité qu'il y a en nous. Il est important de se replacer dans le contexte de l'époque pour évacuer ce sentiment de haine que nous pouvons ressentir. Il est important de dissocier son imaginaire de ces personnages historiques qui se situent dans une époque dont nous ne maîtrisons pas les codes.
 
Michael Fassbender brille dans un autre rôle froidement charismatique. Edwin Epps est le second propriétaire de Solomon, celui qui lui a, le plus fait vivre l'enfer. Cet homme féroce et terrifiant, dont le visage ne laisse aucune place à l'émotion. Il gère avec fermeté sa plantation et n'hésite pas à mater les esclaves rebelles. Aussi triste que cela puisse paraître, cet homme a réellement existé. Cette cruauté quasi animale, dont il fait preuve tout au long du film nous interpelle sur cet apparent manque d'humanisme. Comment quelqu'un peut-il être aussi cruel ? Les plans séquences sur son visage le retranscrivent assez bien et n'épargnent pas le spectateur de ce huit clos d'horreur. Ce personnage qui ne peut recueillir notre compassion est nécessaire à la compréhension d'un drame qui a duré quatre longs siècles.
 
Et puis il y a Chiwetel Ejiofor. L'actrice livre une prestation exceptionnelle, nous n'espérions pas mieux de cette acteur, qui a déjà su prouver à mainte reprise ses nombreux talents. Il sera prochainement à l'affiche du film nigérian "Half O Yellow Sun" adapté du magnifique best-seller de la talentueuse auteure nigériane Chimamanda Ngozi Adichie. 

Un voyage temporel / Caméra en contre-champs

Le rythme est incroyablement soutenu et fluide. Chaque scène, à son importance, chaque rôle, petit et grand est une partie importante de ce puzzle de l'histoire. Les prises de vue sont incroyablement crus, mais si juste. Le réalisateur, multiplie les prouesses techniques, des longs plans-séquences silencieuse, qui réussie à nous briser. La caméra joue avec le haut, le bas et la profondeur de champ réussi avec brio à créer ainsi des enjeux dramatiques intenses.
 
Malgré son titre strictement temporelle, McQueen est magistral dans la suppression de l'écoulement du temps. Nous traversons douze années grâce à des évasions qui s'enchaînent par tactique et d'une lutte après l'autre. A aucun moment nous sentons que Salomon fait un voyage téléologique vers son évasion. Il n'y a aucune scène anachronique. En fait, dans un fantastique mouvement temporelle, nous ne sommes jamais conscients du temps dans lequel Salomon se retrouve. C'est seulement, lorsqu'il retrouve sa famille et que l'on voit ses enfants devenu adulte que nous prenons conscience. A cet instant, nous sommes sincèrement pris au dépourvu, car nous nous rendons réellement compte que cela fait déjà douze ans.
 
Mc Queen est parvenu à effacer les 170 ans qui nous séparent de cette histoire, pour nous permettre de nous concentrer sur la vie dans cette plantation et sur ses esclaves qui n'ont aucun moyen de défense face à leur maitre.

Twelve Years A Slave évite de verser dans les bons sentiments qui ne peuvent pas émouvoir le spectateur. Ce qui retient justement l'attention de l'auditoire, c'est l'interprétation des acteurs qui ont su contextualité chaque étape, pour ne pas laisser le poids de l'histoire prendre le dessus sur le récit filmique. L'interprétation d'un esclave où d'un maître, n'est pas automatique et demande une véritable recherche, afin de permettre à l'acteur de ce télé-transporter. Ce ne sont pas uniquement les récits écrits sur cette époque qui permettent à un acteur de réussir une performance, mais bien plus.
 


La rédaction de BME est sortie de cette projection en ayant compris que ce film est salvateur et méritait une telle adaptation. C'est là, que le génie de Steve Mc Queen a agi, car en mettant en lumière l'histoire de Salomon Northup, un homme dépouillé de son identité. Ce film a permis à Salomon de retrouver grâce au cinéma une place d'homme , parmi les hommes. C'est aussi ça, la magie du cinéma.

12 Years qui accumule les nominations et prix en ce moment, fait partie des favoris pour les Oscars. Le film sortira en salle en France le 22 janvier 2014. 






Actu Ciné


Actu Ciné | Mode/Beauté | Top BME | Chroniques | Sorties en France | Concours | Bandes-Annonces




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube
Tumblr
Rss



Inscription à la newsletter










    Aucun événement à cette date.





Derniers tweets
BME : @mk2 Kill Bill !
Jeudi 11 Octobre - 10:17
BME : RT @SuduConnexion: Vous avez raté la projection de #QuartiersLointains saison 5 ? Séance de rattrapage mardi 2/10 à 18h au @CWB_Paris ! @La…
Mardi 2 Octobre - 13:16
BME : RT @LyngoLyngo: « #Rafiki is not political. I have a problem with how we decide to politicize who and when ». Y’a une semaine, on a discut…
Jeudi 27 Septembre - 21:31
BME : Encore une fois félicitation @DjiguiDiarra pour le prix du Public ! 🎬🎥 https://t.co/ntR35Ebw4d
Vendredi 24 Août - 16:18
BME : RT @candyonyeama: Brilliant time screening our work @BlackMoviesEnt! Great films plus some dope Wakanda handbags! Massive props @LyngoLyngo…
Vendredi 24 Août - 16:12
BME : Aujourd'hui, c'est le dernier jour du Festival Black Movie Summer 😢 Pour clôturer en beauté, grand barbecue cette a… https://t.co/oyopDvmGaL
Dimanche 19 Août - 09:52
BME : Un verre de Bissap ou Gimgembre pour se rafraîchir. Aujourd'hui retrouvez nos plats et nos boissons à la Marbrerie… https://t.co/WkLkYiotJp
Samedi 18 Août - 12:01
BME : Dans le cadre du Festival Black Movie Summer, venez découvrir une vingtaine de créateurs ce week end à la Marbrerie… https://t.co/Ty8VHT88wb
Samedi 18 Août - 09:34
BME : Au programme aujourd'hui cours de Kemetic Yoga avec besreke_ahou dès 11h à la marbrerie. Inscription sur place ou s… https://t.co/fnjhbUvPDG
Samedi 18 Août - 09:10
BME : RT @frictionmagfr: #BlackMovieSummer c'est à Montreuil cette année, avec Blacklansmann de Spike Lee en avant-première ! 🎞✊🏿 https://t.co/3F…
Jeudi 16 Août - 14:43

Partager ce site



Derniers tweets
BME : @mk2 Kill Bill !
Jeudi 11 Octobre - 10:17
BME : RT @SuduConnexion: Vous avez raté la projection de #QuartiersLointains saison 5 ? Séance de rattrapage mardi 2/10 à 18h au @CWB_Paris ! @La…
Mardi 2 Octobre - 13:16
BME : RT @LyngoLyngo: « #Rafiki is not political. I have a problem with how we decide to politicize who and when ». Y’a une semaine, on a discut…
Jeudi 27 Septembre - 21:31
BME : Encore une fois félicitation @DjiguiDiarra pour le prix du Public ! 🎬🎥 https://t.co/ntR35Ebw4d
Vendredi 24 Août - 16:18
BME : RT @candyonyeama: Brilliant time screening our work @BlackMoviesEnt! Great films plus some dope Wakanda handbags! Massive props @LyngoLyngo…
Vendredi 24 Août - 16:12