Connectez-vous S'inscrire









Rencontre avec Harold Varango, créateur de la web-série Persuasif

Notez
Rédigé le Mardi 23 Août 2016 à 21:56


Lors de la clôture du festival Black Movie Summer 2016, le 21 août dernier, nous avons eu le plaisir de diffuser deux épisodes de la web-série française Persuasif créée et réalisée par Harold Varango. Disponible sur YouTube depuis novembre 2015, on a voulu en savoir plus sur l'homme derrière cette série au succès confidentiel...


1. Comment vous est venue l’envie de "faire du cinéma" / de devenir réalisateur ?

Aujourd’hui, je n’arrive pas à caser dans une journée le dixième de ce que je voudrais faire, mais durant mon enfance et mon adolescence, par la force des choses, je me suis pas mal emmerdé. Ce genre de situation a souvent deux conséquences : stimuler l’imagination et nourrir un très grand intérêt pour les distractions qui passent. Et à l’époque, ces distractions se regroupaient principalement en deux grands groupes pour moi : les comics et les films. Et parfois, ce qu’on aime beaucoup, on rêve de le créer soi-même...

La première fois que j’ai sérieusement songé à être réalisateur, ça devait être en seconde, à l’époque des choix d’orientation. Ça s’est fini en bac économie et c’est plus dans la musique que j’ai tenté des choses les années suivantes. Mais je me suis lassé. Non pas de la musique même, mais de la façon dont le système fonctionnait en ce temps-là, avant YouTube et les réseaux sociaux. L’ancienne idée refoulée a alors eu le champ libre.

En vérité, ce qui me branche vraiment, c’est créer ET partager ce que j’ai créé. Je suis à deux doigts de vous dire que le moyen importe peu. Il y a eu un moment où j’ai senti que je pourrais pleinement satisfaire la pulsion dans l’audiovisuel, alors je me suis lancé.

Mais ne nous comprenons pas mal : j’étais dès le départ un vrai mordu de cinéma.


 

2. Comment est né le projet Persuasif ? L’aviez-vous pensé immédiatement comme une web-série ?

Yep. Pensé dès le départ comme une web-série.
 Je me suis lancé dans l’audiovisuel à l’époque du boom de la DV. Il y avait alors dans les esprits cette idée qu’avec une poignée de billets on pouvait faire du cinéma – du cinéma projeté dans des salles de cinéma.

Il y a bel et bien eu un certain nombre de cas et il y en a encore de temps en temps, mais j’ai vite pigé que même en ayant dans le disque dur le plus incandescent des chefs-d’œuvre, il resterait à convaincre un paquet de gens du secteur avant d’arriver à la grande salle de l’UGC des Halles. Des gens plus frileux et conservateurs en France qu’ailleurs.

Comme entre temps le net était devenu ce qu’il est aujourd’hui, il m’a semblé plus astucieux de montrer sur ce terrain-là ce que mon gang savait faire, idéalement y rencontrer le succès, puis revenir vers les interlocuteurs frileux et conservateurs en question en les rassurant avec ce succès.

C’était le plan. Persuasif devait être une démonstration. Ce qui n’empêchait pas de rendre une copie humble et sincère.


 

3. Quelle histoire avez-vous eu envie de raconter à travers cette série ?

Pas une histoire. Plusieurs histoires. Sans trop savoir lesquelles au départ. Mais elles devaient susciter la réflexion ou provoquer de l’émotion, dans le meilleur sens du terme.

Ce truc de recouvreur de dettes ultra-carré ne devait être qu’un squelette à enrober de chair, cette chair étant plusieurs autres intrigues, histoires ou situations. Mais je me suis vite aperçu que la profession du personnage principal et l’approche qu’il en avait posaient déjà plein de questions dont je n’avais pas tout de suite réalisé l’intérêt.


 

4. Le héros de la série, Blaise Ba, et vous êtes amis depuis 20 ans. Au-delà de votre amitié, qu’est-ce qui vous a plu chez lui ?

Depuis un peu moins de vingt ans, je pense. D’une part, il m’avait dit qu’il faisait du théâtre, je crois. D’autre part, il était OK pour participer à mes projets. Ça a l’air con, mais ça me suffisait, à l’époque, la réunion de ces deux paramètres.

Aujourd’hui, parce que Persuasif existe, trouver des comédiens pour un projet, même annoncé un peu rock and roll, ne me serait pas difficile. Mais à l’époque, avec mon CV vierge de chez vierge, il fallait les convaincre, les comédiens ! Et c’était normal.


 

5. Le casting de la série est très cosmopolite mais on ne sent pas ce côté « diversité forcée » qu’on peut trouver dans d’autres productions. Qu’est-ce qui vous a inspiré et comment s’est déroulé le casting des comédiens ?

 Je vis depuis plus d’un quart de siècle dans le type d’environnement dans lequel se déroule l’essentiel de la série. Je n’ai donc pas besoin de documentation (potentiellement douteuse) pour élaborer mon trombinoscope.

 Pour comprendre comment s’est déroulé le casting, il faut savoir que la version que vous connaissez de Persuasif n’est pas la première. Il y en a eu une précédente, jamais diffusée, qui est celle qui a convaincu ARTE de financer l’idée.
 Les comédiens de la première version, tournée sans boîte de production, il a fallu les convaincre un à un. Encore une fois, c’était normal : ils n’étaient pas payés et je n’avais aucune réalisation sérieuse à leur soumettre pour les rassurer.

Pour l’actuelle version, le cadre était beaucoup moins artisanal et nous avons fait appel à un directeur de casting pour trouver les interprètes des nouveaux personnages – la plupart des comédiens de la première version ont repris leur rôle.

Ce directeur de casting, Patrick Metzlé, qui a eu le bon goût d’oublier son tarif habituel parce que le projet lui plaisait, s’est appuyé sur nos descriptions – souvent très précises – pour effectuer ses recherches. Et il a parfois fait parler avec succès son propre feeling.


 

6. La série est en ligne depuis novembre 2015 sur YouTube mais est restée assez confidentielle jusqu’à présent. Comment vous expliquez cela ? Sachant que vous avez travaillé avec ARTE Creative et que vous avez remporté un prix au Vancouver Web Fest en mars dernier.

La série est disponible depuis novembre sur YouTube ET, bien entendu, sur le site d’ARTE Creative.
 ARTE Creative propose des choses d’une qualité vraiment exceptionnelle mais n’est pas encore connu du grand public, ni comme site ni comme label. Etre sa créature ne garantissait pas à Persuasif une exposition de folie.
 La presse généraliste et même la presse moins généraliste se contrefoutent des festivals de web-séries. Donc les palmarès de ces festivals ne sont pas connus du grand public. On aurait pu remporter dix grands prix du jury différents en France, ça n’aurait pas changé grand-chose aux nombres de vues.
 Surtout, trois jours après la mise en ligne de la série, il y a eu les attentats de Paris et l’endroit où le buzz de Persuasif aurait dû prendre son ampleur, le Web, s’est logiquement retrouvé saturé de tout autre chose. C’est le genre de coup de massue dont on ne se relève jamais vraiment.
 Et puis Persuasif, par sa nature même, a pu être le meurtrier de sa propre viralité. C’est une série qui ne cherche pas la frénésie, une série où l’ambiance a une grande importance. Or, une ambiance, il faut prendre le temps de la sentir. Et il se trouve qu’en 2016, en zone francophone – et pas forcément que là – l’internaute qui clique sur une vidéo de fiction, il désire que ça parte dans tous les sens au bout de huit secondes, avec par exemple un gag super fun d’entrée. Et quand il voit que ce n’est pas le cas, il passe TRÈS vite à autre chose.
 Ça va changer. Ça change déjà, en fait, mais Persuasif est en quelque sorte venu trop tôt.
 Et au fond, chez Actes de Piraterie, la société que je dirige et qui a lancé ce projet, on aime bien cette idée. La volonté de faire des choses jamais vues ailleurs – et pas juste jamais vues en France – est très forte chez nous. Elle est même fondamentale.
 Au Vancouver Web Fest, dans un pays pionnier en matière de web-séries, on est désignés meilleure série étrangère devant une cinquantaine de « concurrents », dont la moitié venait des USA. Ça prouve que sans donner dans la facilité ni imiter qui que ce soit, on a su sortir du lourd.
C’est notre obsession : rechercher l’excellence dans la proposition artistique elle-même, pas l’excellence dans la « bankabilité » de l’œuvre. Cette dernière doit être une conséquence, peut-être seulement à moyen terme, mais pas la fixette de départ.
 Ça ne veut pas dire qu’on est heureux des chiffres en demi-teinte, hein ! Mais ça nous permet de garder à l’esprit qu’il n’y a pas tellement à rougir de cette première sortie.


 

7. Diriez-vous que Persuasif n’a pas encore trouvé son public ?

Régulièrement, des gens nous font savoir qu’ils viennent de découvrir la série et qu’ils l’ont adorée. J’imagine que d’autres n’ont pas accroché, mais Persuasif a clairement un public. Et on fait le nécessaire pour qu’elle finisse par entièrement le trouver.


 

8. Y’aura-t-il une saison 2 ? Quels sont vos autres projets ?

Actes de Piraterie n’a pas créé Persuasif pour en raconter si peu. Donc nous nous battrons pour qu’il y ait une saison 2. Idéalement toujours avec ARTE. Mais le temps passe et nous n’oublions pas que nous avons lancé ce concept en toute indépendance...
La société développe actuellement une nouvelle série digitale, Dirty Maggie, dont le personnage principal est une jeune femme issue d’un milieu très défavorisé qui a fait des choses très louches pour s’extraire de sa condition.

On est en train de soumettre le dossier à des plateformes et des diffuseurs français. Ce qui ne veut pas dire qu’on fait de leur intérêt la condition sine qua non pour mettre le projet en route.

Deux ou trois idées de long métrage, aussi. Mais ça, c’est plus du moyen terme.


 

DÉCOUVREZ L'INTÉGRALITÉ DE LA WEB-SÉRIE PERSUASIF

BME STAFF


Cinéma



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 25 Juillet 2017 - 13:14 Panthéon (2017)

Cinéma | WEB TV | Films | Série | Agenda | L'association : BME | BME SHOP | Dossiers | Festival Black Movie Summer 2015 | Festival Black Movie Summer 2017







Derniers tweets
BME : RT @NBCThisisUs: We could relive this moment over and over. #ThisIsUs #GoldenGlobes https://t.co/Tao6AnHPtV
Lundi 8 Janvier - 19:25
BME : RT @goldenglobes: “I want all of the girls watching here now to know, that a new day is on the horizon.” @Oprah accepts the 2018 Cecil B. d…
Lundi 8 Janvier - 19:23
BME : La plus belle <3 https://t.co/6tlse6FnyU
Lundi 8 Janvier - 19:23
BME : #BlackExcellence Golden Globes 2018 : les plus beaux looks sur le tapis rouge https://t.co/W3C8gDPLPu https://t.co/vwa7cwV0U4
Lundi 8 Janvier - 17:45
BME : [VIDEO] Le discours d’Oprah aux Golden Globes 2018, mémorable et brillant #GG2018 #GoldenGlobes2018 #EMPOWERMENT… https://t.co/omJA4j1wb8
Lundi 8 Janvier - 17:17