Connectez-vous S'inscrire




Le cinéma nigérian à l'honneur à Paris : retour sur la 3e édition de la Nollywood Week

Notez
Rédigé le Samedi 13 Juin 2015 à 14:15


Le festival Nollywood Week est depuis 3 ans le porte étendard du cinéma nigérian. Le directeur Serge Noukoue et son équipe ont renouvellé encore cette année leur projet : proposer la crème du cinéma nigérian à Paris pendant 4 jours de fêtes, du 4 au 7 juin 2015, au cinéma L’Arlequin dans le 6e arrondissement de Paris.


Jimmy Goes to Nollywood : plongée dans l'univers du cinéma Nigérian

(c) Serge Noukoué - Le Monde
(c) Serge Noukoué - Le Monde
Afin de mieux comprendre l’histoire de Nollywood, Jimmy Jean-Louis, le parrain de cette édition 2015 nous emmène au Nigéria à travers un documentaire plein d’humour et d’espoir “Jimmy Goes to Nollywood pour détruire les clichés et porter haut la flamme d’un cinéma africain que le monde entier nous envie.

Nollywood voit le jour aux débuts des années 1990. Des films emblématiques tels que Rising Sun ou encore Heart of a Fighter posent les premiers jalons d’un succès planétaire. Depuis, la machine produit plus de 2000 films par an avec 20 000 dollars de budget en moyenne. C’est ainsi que se révèlent les difficultés de cette industrie naissante.

La quantité surpasse la qualité en raison d’un manque criant de financements. Des sacrifices scénaristiques sont consentis. Les mêmes histoires reviennent en boucle. Babatunde rencontre Mamatunde et ils tombent amoureux. Les intervenants du documentaire, des personnalités du monde du cinéma nigérian se font les avocats d’un cinéma plus varié afin que le marché puisse se développer. Il est besoin que les africains sachent monétiser leur culture.

Un cinéma un temps marginalisé

Si Nollywood culmine à la seconde place mondiale des industries productrices de films, derrière Bollywood et devant Hollywood, il reste un cinéma marginalisé. Les commentaires assassins vont bon train lorsqu’on peut entendre pendant une interview que ce n’est pas parce qu’il y a le mot “wood” qu’il faut se comparer au géant Hollywood.

C’est en somme l’histoire d’un complexe d’infériorité qui enferme un cinéma riche, dans le carcan de la médiocrité. Mais, ces dernières années, une vague de réalisateurs incarnent la New Nollywood, un cinéma plus travaillé qui réussit l’équilibre entre la tradition et la modernité. À ce titre, la Nollywood Week c’est aussi une sélection de films soumis au vote du public. 

Dazzling Mirage de Tunde Kelani, récompensé par le public du festival

L'équipe du film Dazzling Mirage (c) Facebook Nollywood Week
L'équipe du film Dazzling Mirage (c) Facebook Nollywood Week
Cette année, A mile from home de Eric Aghimien, Dazzling Mirage de Tunde Kelani, Gone too far de Destiny Ekaragha, Love or something like that de Shirley Frimpong-Manso, October 1 de Kunle Afolayan, Ojuju de CJ Obasi, The last three digits de Moses Inwang, et Que ta volonté soit faite de Obi Emelonye étaient en compétition. 

Le public de la troisième édition du festival a sacré Dazzling Mirage de Tunde Kelani. Une oeuvre déjà projetée lors de la première édition du festival. C’est l’histoire d’une femme atteinte de drépanocytose qui malgré de nombreux obstacles désire mener une vie normale. Si la production du très talentueux Kelani nous a ému, d’autres productions telles que The last three digits ou encore Gone too far ont suscité des éclats de rires dans la salle. 

Focus sur ces deux comédies. 

THE LAST THREE DIGITS - L'amour au bout du fil

Filmé à Lagos et au Royaume-Uni, produit et réalisé par Moses Inwang qui était présent lors du festival, The last three digits raconte l’histoire d’un jeune homme (Nonso Diobi(Alex dans le film)) qui a perdu la trace de son amour d’enfance(Padita Agu(Audrey dans le film)).

Après des années de silence, ils se retrouvent par hasard dans un centre commercial. Alex accompagnait son colocataire et ami (Sidney Esiri aka Dr. Sid) pour échanger un système audio défectueux. L'échange effectué, ils décident de rejoindre le taxi qui les attendait à l’extérieur. Son ami pressé, ne veut pas avoir à payer de supplément. Alex aperçoit Audrey et ne peut s’empêcher de s'approcher d'elle. Ils échangent brièvement des banalités avant qu’Audrey ne donne son numéro. Seulement voilà, alors qu’elle notait soigneusement les chiffres sur le téléphone d’Alex, son ami qui n’en pouvait plus d’attendre l’appelle au même instant. Audrey, interrompue n’a pas pu saisir les 3 derniers chiffres de son numéro de téléphone avant de disparaître à nouveau. Dans un cafouillage étonnamment drôle, les deux amants d’alors se quittent. Désespéré, Alex rejoint son ami dans le taxi, avec l’espoir de trouver les numéros manquants. C’est décidé, il trouvera ces numéros, même s’il lui faut pour cela utiliser une centaine de cartes téléphoniques. Cette longue épopée manque même de lui coûter la vie.

Avec ce film, Moses Inwang signe sa première comédie. Il affectionne en effet les thrillers, son genre de prédilection. Mais il nous a confié que cette histoire l’a beaucoup inspiré. Il s’agit en effet d’une histoire vraie dont un de ses amis a fait l’expérience. C’est donc une première réussite pour le réalisateur qui a séduit l’ensemble des spectateurs hilares du cinéma L’Arlequin.

GONE TOO FAR - de Londres à Lagos, de Lagos à Londres

Projetée en ouverture du festival, Gone too far, réalisée par Destiny Ekaragha raconte l’histoire de deux frères qui ont été séparés par le destin. Yemi de Londres (Malachi Kirby), footballeur à ses heures, rencontre pour la première fois son frère aîné Ikudayisi (O.C. Ukeje - présent lors du festival) qui débarque de Lagos.
Chargés par leur mère d’aller chercher de quoi cuisiner le dîner, les deux hommes se baladent à Peckham, dans le sud-est Londonien. Renfrognant la mine, Yemi n’était pas prêt à partager sa vie, ses amis ni même sa chambre avec ce grand frère venu d’ailleurs. Pourtant, de nombreuses péripéties va naître une grande complicité entre ces frères pourtant si différents. L’un  et l’autre sont confrontés aux vicissitudes d’un expatrié africain en Europe. Lorsque Ikudayisi veut savoir pourquoi les aliments africains sont vendus par des Indiens, Yemi reste silencieux.

C’est ce contraste entre les enfants élevés en Europe et en Afrique que la réalisatrice a réussi à montrer avec justesse et beaucoup, beaucoup d’humour. S’ajoute à cela, une bande sonore magique qui a ravi les festivaliers. Gone too far est donc une bonne surprise qui nous enseigne ou nous rappelle, c’est selon, les valeurs de tolérance, de  respect et d’entraide, peu importe d’où l’on vient. 

Un festival plein d'espoirs à l'image du cinéma Nigérian

Nollywood, une appellation à l’origine négative renvoie à l’idée d’un ersatz d’Hollywood. Une tentative hasardeuse de copie. Mais l'homme africain, capable de faire du négatif une aubaine est l'artisan d'un grand changement. 

Nollywood est devenue grâce à ces hommes et femmes talentueux, une véritable industrie qu’il faut aujourd’hui compter parmi les géants mondiaux de l’industrie cinématographique. Cette ascension fulgurante, nous en sommes convaincus, doit quelque chose à la Nollywood Week qui, chaque année, réunie un nombre croissant de fans mais aussi de curieux, venus découvrir les richesses artistiques de tout un continent.
 
À l’année prochaine ! 


 
Derick Gnonlonfoun


Actu Ciné


Actu Ciné | Mode/Beauté | Top BME | Chroniques | Sorties en France | Concours | Bandes-Annonces




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube
Tumblr
Rss



Inscription à la newsletter










    Aucun événement à cette date.





Derniers tweets
BME : Encore une fois félicitation @DjiguiDiarra pour le prix du Public ! 🎬🎥 https://t.co/ntR35Ebw4d
Vendredi 24 Août - 16:18
BME : RT @candyonyeama: Brilliant time screening our work @BlackMoviesEnt! Great films plus some dope Wakanda handbags! Massive props @LyngoLyngo…
Vendredi 24 Août - 16:12
BME : Aujourd'hui, c'est le dernier jour du Festival Black Movie Summer 😢 Pour clôturer en beauté, grand barbecue cette a… https://t.co/oyopDvmGaL
Dimanche 19 Août - 09:52
BME : Un verre de Bissap ou Gimgembre pour se rafraîchir. Aujourd'hui retrouvez nos plats et nos boissons à la Marbrerie… https://t.co/WkLkYiotJp
Samedi 18 Août - 12:01
BME : Dans le cadre du Festival Black Movie Summer, venez découvrir une vingtaine de créateurs ce week end à la Marbrerie… https://t.co/Ty8VHT88wb
Samedi 18 Août - 09:34
BME : Au programme aujourd'hui cours de Kemetic Yoga avec besreke_ahou dès 11h à la marbrerie. Inscription sur place ou s… https://t.co/fnjhbUvPDG
Samedi 18 Août - 09:10
BME : RT @frictionmagfr: #BlackMovieSummer c'est à Montreuil cette année, avec Blacklansmann de Spike Lee en avant-première ! 🎞✊🏿 https://t.co/3F…
Jeudi 16 Août - 14:43
BME : [SÉLECTION OFFICIELLE COURTS-METRAGES] Découvrez la sélection officielle du festival, composée de films indépendant… https://t.co/QilQF2HHV4
Jeudi 16 Août - 14:42
BME : Festival Black Movie Summer : Le programme de la semaine #blackmoviesummer #festivalblackmoviesummer https://t.co/z7oNLLUSIY
Jeudi 16 Août - 08:03
BME : RT @Nofi_officiel: [EVENEMENT] Découvrez le tout dernier film de Spike Lee en avant-première au Festival Black Movie Summer , à Montreuil…
Jeudi 16 Août - 01:49

Partager ce site



Derniers tweets
BME : Encore une fois félicitation @DjiguiDiarra pour le prix du Public ! 🎬🎥 https://t.co/ntR35Ebw4d
Vendredi 24 Août - 16:18
BME : RT @candyonyeama: Brilliant time screening our work @BlackMoviesEnt! Great films plus some dope Wakanda handbags! Massive props @LyngoLyngo…
Vendredi 24 Août - 16:12
BME : Aujourd'hui, c'est le dernier jour du Festival Black Movie Summer 😢 Pour clôturer en beauté, grand barbecue cette a… https://t.co/oyopDvmGaL
Dimanche 19 Août - 09:52
BME : Un verre de Bissap ou Gimgembre pour se rafraîchir. Aujourd'hui retrouvez nos plats et nos boissons à la Marbrerie… https://t.co/WkLkYiotJp
Samedi 18 Août - 12:01
BME : Dans le cadre du Festival Black Movie Summer, venez découvrir une vingtaine de créateurs ce week end à la Marbrerie… https://t.co/Ty8VHT88wb
Samedi 18 Août - 09:34