Connectez-vous S'inscrire









Lamb de Yared Zeleke : un doux conte éthiopien

Notez
Rédigé le Jeudi 11 Juin 2015 à 11:00


À la mort de sa mère, Ephraïm, un petit Éthiopien de 9 ans, va trouver du réconfort en se liant d’amitié avec Chuni, une brebis. Très vite, son père va l’emmener vivre dans une ferme chez ses cousins. Mais l’adaptation à ce nouvel environnement ne va pas être facile, surtout que sa nouvelle famille a décidé que Chuni serait servie en repas à l’occasion d’une grande fête religieuse…


Une grand-mère aimante mais capable de dégainer un fouet à tout instant pour corriger les effrontés, un père de famille toujours dans la démonstration de sa virilité, une maman dépassée qui projette ses frustrations sur sa jeune fille adolescente, cette dernière cherchant elle-même à s’émanciper de la pression familiale en s’éduquant… Si la galerie de personnages soigneusement imaginés par le réalisateur Yared Zeleke est un parfait reflet d’une société éthiopienne en pleine mutation, partagée entre modernité et poids des traditions, elle sert aussi de caution comique tout au long du film.

Ephraïm, le jeune héros du film, a du mal à se faire une place dans sa famille d’adoption. Lui qui préfère cuisiner des plats avec sa tante, plutôt que d’aller travailler au champs, ne présente pas les signes de masculinité que son oncle souhaiterai voir chez lui. Cependant pour sauver Chuni, sa brebis, de la casserole, l’enfant sera prêt à toutes les transgressions. De même, il saura tourner ses qualités de cuisinier à son avantage pour amasser assez d’argent pour son futur voyage.

Moqué par les gamins du quartier, incompris dans son propre foyer, il va trouver refuge dans des expéditions en solitaire dans la nature  et dans la contemplation de ces paysages verts, majestueux et montagneux qui font la beauté du pays. En haut des montagnes, isolé dans ce décor onirique, c'est là qu'Ephraïm repense à sa mère. Plusieurs séquences sont marquantes dans le film : les gros plans sur les assiettes d’injera (plat national) font saliver, les chants des femmes en Amharique, les vêtements et les coiffes, les danses des jours de fête… Elles nous plongent dans toute une culture sans tomber dans l'exotisation.

Oui, Yared Zeleke a visiblement cherché à montrer une autre image de l’Éthiopie, celle qu’en Occident on connaît moins, celle qui ne se résume pas aux crises alimentaires qui ont frappé à plusieurs reprises la Corne de l’Afrique. Les paysages filmés sont à couper le souffle et donnent des envies d’évasion : c’est un peu ce que doit ressentir Ephraïm qui cherche part tous les moyens à s’échapper, à retrouver son père et à retourner vivre dans son village natal. Il y arrivera presque mais en bon anti-héros, on le verra d’abord échouer à maintes reprises, sans cesse renvoyé à sa condition d’enfant. Cependant son courage, ses nombreuses ruses et son anti-conformisme donnent à ce film des airs de conte philosophique sur l’apprentissage de la vie.
 

DÉCOUVREZ UN PREMIER EXTRAIT DU FILM


 


Chroniques


Actu Ciné | Mode/Beauté | Top BME | Chroniques | Sorties en France | Concours | Bandes-Annonces







Derniers tweets
BME : RT @NBCThisisUs: We could relive this moment over and over. #ThisIsUs #GoldenGlobes https://t.co/Tao6AnHPtV
Lundi 8 Janvier - 19:25
BME : RT @goldenglobes: “I want all of the girls watching here now to know, that a new day is on the horizon.” @Oprah accepts the 2018 Cecil B. d…
Lundi 8 Janvier - 19:23
BME : La plus belle <3 https://t.co/6tlse6FnyU
Lundi 8 Janvier - 19:23
BME : #BlackExcellence Golden Globes 2018 : les plus beaux looks sur le tapis rouge https://t.co/W3C8gDPLPu https://t.co/vwa7cwV0U4
Lundi 8 Janvier - 17:45
BME : [VIDEO] Le discours d’Oprah aux Golden Globes 2018, mémorable et brillant #GG2018 #GoldenGlobes2018 #EMPOWERMENT… https://t.co/omJA4j1wb8
Lundi 8 Janvier - 17:17