Connectez-vous S'inscrire




Hope, une histoire d'amour raconte la galère des migrants africains

Notez
Rédigé le Mercredi 28 Janvier 2015 à 19:06


Récompensé du prix SACD de la Semaine de la Critique lors du festival de Cannes 2014, Hope, réalisé par le Français Boris Lojkine, est le récit poignant et difficile de deux migrants en route vers le Nord.


"En route vers l’Europe, Hope rencontre Léonard. Elle a besoin d’un protecteur, il n’a pas le coeur de l’abandonner. Dans un monde hostile où chacun doit rester avec les siens, ils vont tenter d’avancer ensemble, et de s’aimer " En lisant le synopsis de Hope, on pourrait s’attendre à un film doux et poétique sur un couple en voyage. Ce n’est pas vraiment ça dont il s’agit. Sous couvert d’une pseudo histoire d’amour impossible à la Roméo et Juliette, le metteur en scène nous emmène en réalité dans les bas-fonds de la migration africaine avec ses règles et ses vicissitudes.
 

VOYAGE EN TERRE INCONNUE

Le film s’ouvre sur une scène très dérangeante, annonciatrice de l’insécurité et de la peur constantes qui planeront sur les protagonistes.
Dans le désert d’Algérie, un groupe d’hommes taquinent un de leurs compagnons de fortune. Est-ce une femme ? Est-ce un homme ? La scène installe rapidement un sentiment de malaise et d’impuissance qui marquera le point de départ du récit. Cette femme au visage poupin et coiffée comme un homme, c’est Hope, la Nigérianne. Celui qui prendra sa défense c’est Leonard, le Camerounais. Sur la route tulmuteuse qui mène (ou pas) vers l'Europe, les deux jeunes Africains vont se retrouver liés pour le meilleur et pour le pire par un malheureux concours de circonstance.
 
Femme et seule, Hope va rapidement s’attacher à Léonard, le seul parmi tous les hommes qui a su mettre de côté un instant l’état d’esprit individualiste que demande l’épreuve de la traversée du désert pour lui tendre la main. Léonard quant à lui est loin de se douter que ce geste va être le point de départ de toute une série d’aventures provoquées entre autres par la jeune femme, dont il ne pourra désormais plus se détacher.

 

La réalité des ghettos de migrants

Une des forces du film réside certainement dans le fait que c’est la première fois qu’est montré (dans une fiction) l’univers des ghettos de migrants en Afrique du Nord. En effet, le spectateur découvre en même temps que les protagonistes du film toute une contre-société organisée en ghettos communautaires qui gère les flux de migrants dès leur arrivée. En fonction du pays d’origine, on ne se mélange pas. Le couple Hope-Léonard est donc d’emblée dans l’infraction aux yeux des chairmen : ces patrons racketteurs et souvent violents qui sont au sommet de la hiérarchie des ghettos.

Le film nous donnera un sacré aperçu de trois communautés en particulier : les Nigérians, les Camerounais et les Congolais considérés comme majoritaires. Cette diversité des pays va donner des scènes brutes rythmées par le débit de paroles des charlatans polyglottes entre francamerounais, le broken english, le lingala et l’arabe entre autres..
 
Du racisme de la population maghrébine envers les migrants noirs à la tyrannie des chefs des ghettos en passant par la lâcheté des hommes, Boris Lojkine ne fait de cadeaux à personne. Ça ne signifie pas pour autant qu’il se prive de montrer ceux qui souffrent le plus sur la route vers l’Europe à savoir les femmes. De notre cher couple de héros, celle qui se donnera le plus s’est évidemment Hope qui ,du fait de sa condition féminine, fera le plus grand nombres de sacrifices. Le tire du film prendrait alors ici toute son explication...
 

UN SUJET D'ACTUALITÉ TOUJOURS TABOU

Hope est un film dur et touchant à la fois d’autant plus qu’il se penche sur une actualité. En utilisant une histoire d’amour, pour susciter l’intérêt peut-être des spectateurs, le réalisateur fait appel à un langage compris de tous. Sous la forme d’un documentaire, il aurait été difficile de l’autre côté de l’écran de nous distancier des mésaventures des migrants.
La migration clandestine reste un sujet tabou dans nos sociétés (en Occident et aussi en Afrique, où il est rare d’entendre les gouvernements s’exprimer sur le sujet), mais il ne sera bientôt plus possible de l’éluder au vu des incidents qui se multiplient en Méditerranée et même en amont dans le désert du Sahara.
 
Le film ne nous dit rien des motivations de Hope et de Léonard, on ne sait pas vraiment ce qu’ils laissent derrière eux. Ce qui ressort de l’écran, c’est l’itinéraire de deux personnes libres, déterminées à voir le monde, celui-là même dont on cherche pertinemment à les exclure. Peut-on faire plus politique comme film ?
 

La bande-annonce



Chroniques



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 1 Décembre 2014 - 20:33 HOPE - Sortie prévue le 28 Janvier 2015

Actu Ciné | Mode/Beauté | Top BME | Chroniques | Sorties en France | Concours | Bandes-Annonces




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube
Tumblr
Rss



Inscription à la newsletter










    Aucun événement à cette date.





Derniers tweets

Partager ce site



Derniers tweets