Connectez-vous S'inscrire
Darktoonz
Bonjour à toutes et à tous.

Bienvenue dans cette toute nouvelle rubrique que j'ai le plaisir d'inaugurer. Elle sera consacrée essentiellement aux dessins animés et plus généralement au cinéma d'animation, et en particulier aux personnages noirs stéréotypés qui interviennent dans ces cartoons.

En effet, nombreux sont les exemples de caricatures des noirs dans les films d'animation, alors que les personnages "normaux" sont relativement rares. Le but de cette rubrique n'est pas de déterminer pourquoi les Noirs sont systématiquement tournés en ridicule (car un livre entier ne suffirait pas). Nous allons plutôt tenter de déterminer et de revenir sur les procédés qui ont construit ces images caricaturales. Pour cela, nous allons mettre en ligne chaque semaine plusieurs articles qui détailleront les stéréotypes présents dans ce type de cartoons.
Pourquoi "Darktoonz"? Tout simplement parce qu'il s'agit d'aborder les dessins animés de notre enfance sous un angle méconnu, de plonger dans ce côté sombre de l'animation et de plus envisager les cartoons comme "seulement" réservés aux enfants.
Merci de lire et de diffuser le message autour de vous. ;-) . L
Peace

Chronique acerbe et animée du ghetto de Detroit.


The PJ's (1999-2001).
Bonjour à toutes et à tous, 
le cartoon qui fera l'objet de ce premier article (différents problèmes techniques m'ont empêché d'en rédiger, malheureusement) date de la fin des années 1990 et s'intitule: "The PJ's". Il est réalisé avec la technique du "Stop Motion" ou "Image par Image" en français.

Le titre the PJ's ne fait référence ni à une obscure organisation quelconque ou encore une famille au nom particulièrement inhabituel. Il s'agit tout simplement de l'abréviation du mot "Project's". Les Projects, ou "House Project's", ou encore Pj's sont en réalité les immeubles, tours et/ou barres qui constituent les paysages urbains de la plupart des ghettos noirs. L'on retrouve par ailleurs ces Project's dans un grand nombre de films tels "He Got Game" (1998) ou "Clockers" (1995) de Spike Lee, ou encore dans une écrasante majorité de réalisations estampillées "Blaxploitation" ("Shaft", 1971 ou "Cotton Comes to Harlem", 1970 sont parmi les exemples les plus représentatifs de films mettant en scène la vie dans les Projects).

L'action de la série "PJ's" se déroule donc au sein de l'un de ces fameux Project's de Detroit. L'on y croise une galerie de personnages tous plus étranges et déjantés les uns que les autres. Citons, entres autres, les deux personnages principaux, Thurgood Stubbs et sa femme, Muriel, une grand-mère paranoïaque  (Mrs Avery)  un couple mixte constitué d'un émigré coréen se prenant pour un  Noir (Jimmy Ho) et de la soeur de Muriel Stubbs (Bebe Ho), ou encore un junky noir mangeur de pigeons (Smokey) achèvent cette fresque humoristique du ghetto noir.



The PJ's (1999-2001).
 Toutefois, même si l'humour l'emporte largement dans cette série produite et doublée par Eddie Murphy, elle ne néglige en aucun cas les problématiques sociales inhérente à la population africaine-américaine des ghettos des grandes villes du Nord. 
Les habitants sont laissés à l'abandon par l'administration et par la ville, le courrier n'est plus livré qu'en hélicoptère, car le facteur refuse de s'y aventurer et le pauvre Thurgood Stubbs, aka Supa, chargé de la gestion du project, ne sait plus ou donner de la tête tant les réparations à effectuer sont lourdes et nombreuses dans un immeuble tombant en ruines.

Parfois crue, souvent drôle et innatendue voire poétique à sa façon, la série a connu trois saisons et une quarantaine d'épisodes avant d'être arrêtée pour cause de budget trop gourmand et par manque d'audience. Initialement diffusée par la Fox, the PJ's a  été reprise par WB à partir de la fin de la deuxième saison. Lionsgate Home Entetainment a ressorti l'intégrale des trois saisons - au format DVD zone 1, malheureusement.

Malgré les critiques lancées par certains activistes (dont Spike Lee) noirs en raison des stéréotypes urbains qu'elle véhicule, la série, désormais culte, a bénéficié des faveurs de la critique américaine, remportant quatre récompenses: trois Emmy's et un Annie Award.
En conclusion, si vous êtes anglophones et intéressés par l'animation en pâte à modeler plus trash que Wallace et Gromit, n'hésitez plus, The Pj's est fait pour vous ;)





Samedi 9 Juin 2012 | Commentaires (1)

Introduction


Bonjour à toutes et à tous. Bienvenue dans cette toute nouvelle rubrique que j'ai le plaisir d'inaugurer. Elle sera consacrée essentiellement aux dessins animés et plus généralement au cinéma d'animation, et en particulier aux personnages noirs stéréotypés qui interviennent dans ces cartoons. En effet, nombreux sont les exemples de caricatures des noirs dans les films d'animation, alors que les personnages "normaux" sont relativement rares. Le but de cette rubrique n'est pas de déterminer pourquoi les Noirs sont systématiquement tournés en ridicule (car un livre entier ne suffirait pas). Nous allons plutôt tenter de déterminer et de revenir sur les procédés qui ont construit ces images caricaturales. Pour cela, nous allons mettre en ligne chaque semaine plusieurs articles qui détailleront les stéréotypes présents dans ce type de cartoons. Pourquoi "Darktoonz"? Tout simplement parce qu'il s'agit d'aborder les dessins animés de notre enfance sous un angle méconnu, de plonger dans ce côté sombre de l'animation et de plus envisager les cartoons comme "seulement" réservés aux enfants. Merci de lire et de diffuser le message autour de vous. ;-) . L Peace