Connectez-vous S'inscrire




Across 110th Street (1972)

Notez
Rédigé le Samedi 10 Mars 2012 à 14:01


Réalisé par Barry Shear.


Déguisés en flics, trois petites frappes -Jim Harris, Joe Logart et Henry Jackson (Paul Benjamin, Ed Bernard & Antonio Fargas)- organisent un braquage qu'ils espèrent parfait ; mais il tourne mal et se finit dans un bain de sang. Le trio s'enfuit avec 300000 $, laissant sur le carreau 7 cadavres. Or, ces trois bras cassés se sont attaqués à un trop gros poisson : la mafia de New-York.
Nick Di Salvio (Tony Franciosa) est sur leurs traces et leur sort paraît scellé... D'un autre coté, le lieutenant Pope (Yaphet Kotto), un jeune gradé afro-américain, se retrouve en charge de l'enquête. Il va devoir composer avec son collègue italo-américain, le capitaine Frank Mattelli (Anthony Quinn), un vieux briscard aux méthodes et aux idées importées de l'Alabama...

Barry Shear réussit là un des meilleurs films estampillé "blaxploitation", un polar réaliste filmé avec une certaine crudité, accompagné d'une BOF mythique ; il réunit en outre réunit un casting incroyable.

La réalisation offre un style haletant, de jolies plongées et des déambulations dans Harlem. La chanson éponyme qui sert de générique est interprété par Bobby Womack, l'interprétation de la partition est confiée à J.J. Johnson & His Orchestra. Ce titre a dépassé largement l'audience du film (fort respectable toutefois), devenant un véritable tube. Il faut préciser que la musique présentée sur disques -et réutilisé dans Jackie Brown et American Gangster- est sensiblement différente de la musique originale, inédite à ce jour : dans le film les instrumentaux sont bien plus pêchus et moins sirupeux, les percussions plus présentes et des chœurs lancent le refrain. Plus généralement, la plupart des instrumentaux sont retravaillés, et certains ne sont carrément pas édités.

On ressent la tension raciale aussi bien chez les malfrats que dans les rangs de la police. Ainsi le film arrive à retranscrire l'émergence des revendications égalitaires de la communauté noire, à travers le combat de Pope pour obtenir le respect de ses collègues, de la mafia afro pour s'émanciper de ses mentors historiques ou des individus "lambda" -incarnés par le trio de braqueurs- qui ont les rêves et aspirations de tout un chacun... Yaphet Kotto et Anthony Quinn forment le duo antinomique parfait. Kotto dans un style sobre incarne l'incorruptible tandis que Quinn excelle dans la composition du vieux flic raciste et légèrement ripou.

Cependant, c'est Paul Benjamin qui se révèle comme le véritable héros du film, un héros anonyme, un Noir "qui ne compte pas". Antonio Fargas joue un des autres braqueurs qui aime les beaux costumes et les filles, préfigurant les rôles qu'il enchaîne dès lors et qui se concrétisent avec celui d'Huggy-les-bons-tuyaux dans Starsky et Hutch. Citons aussi en vrac Gloria Hendry, Ed Bernard, Paul Harris, Charles McGregor, Adam Wade, Arnold Williams et Clebert Ford. [Melvin X ]

Across 110th Street (1972)

Across 110th Street (1972)

Across 110th Street (1972)

Across 110th Street (1972)

Across 110th Street (1972)

Across 110th Street (1972)


Blaxploitation


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 12 Avril 2012 - 22:24 Let's Do It Again (1975)

Jeudi 12 Avril 2012 - 23:02 A Piece of the Action (1977)

Action | Aventure | Biographie | Blaxploitation | Comédie | Comédie-Musicale | Dessin Animée | Drame | Fantastique | Horreur | Thriller | Policier | Romantique | Documentaire | Dance | Théatre | Société | Science Fiction | One Man Show | Darktoonz | Race Movies




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Newsletter
YouTube
Tumblr
Rss



Inscription à la newsletter










    Aucun événement à cette date.





Derniers tweets

Partager ce site


#Trailer
| 11/05/2012 | 607 vues
| 07/05/2012 | 553 vues
| 06/05/2012 | 1018 vues
| 18/04/2012 | 850 vues
| 18/04/2012 | 798 vues
| 12/04/2012 | 922 vues

Derniers tweets